Intégrer les acteurs clés au processus de développement de produits: Nex

Par Anne Gaignaire


 

Si dans certains domaines d’activité, l’intégration du design industriel dans le processus de développement de produits (PDP) est fréquent, comme pour les produits récréatifs ou la fabrication de mobilier, dans d’autres, l’habitude n’est pas encore prise. Dépenses supplémentaires, rallongement des délais, projets difficilement commercialisables, les préjugés envers le design industriel sont tenaces. Mais voici trois entreprises dans des secteurs aussi diversifiés que l’équipement agricole, le mobilier de bureau et la photographie, qui ont chacune à leur manière recours au design industriel dans le PDP.


Cet article est la deuxième de trois études de cas présentant l'expérience d'entreprises variées intégrant le design à leurs processus de développement de produits. 

Pour lire la première étude de cas sur le gamme de produits Soucy Track de Soucy International cliquez ici.
Pour lire la troisième étude de cas sur le projet IFlow Pro, cliquez ici.

 
NEX_Poste2_Final_Design.jpg

Gamme de mobilier de bureau contemporain Nex par Groupe Lacasse

 
 

PROJET NEX : LE DESIGN POUR RENOUVELER UNE GAMME DE MOBILIER DE BUREAU

Le design industriel est depuis longtemps intégré à la culture d’entreprise de Groupe Lacasse, où sa présence à chacune des étapes du processus de développement de produits est un apport tout à fait naturel.

Le travail de création d’une nouvelle gamme complète de mobilier de bureau a commencé en 2011. L’entreprise compte sur son équipe interne – récemment renforcée – de cinq designers industriels pour l’accompagner dans sa recherche d’innovation. La collection Nex, lancée en novembre 2012, est le fruit de ce travail. Elle a d’ailleurs remporté plusieurs prix*. Fini texturé, coupes en biseau, pattes de métal font partie des nouveautés introduites par les designers industriels. « L’audace a été poussée encore plus loin pour cette gamme et le succès est probant », constate Sylvain Garneau, président et chef de la direction.

L’entreprise, à l’occasion de ses études de marché, s’est d’ailleurs rendu compte que le design s’était démocratisé ces dernières années, rapporte Dominic Aubry, chef de produit, mobilier de mélamine. « Dans un marché très compétitif, c’est grâce à l’innovation que nous nous démarquons, souligne M. Garneau. C’est une stratégie essentielle pour la croissance des ventes. Et c’est ce qui explique que le design industriel ne soit pas vu chez nous comme une dépense, mais comme
un investissement. »

 
 
 

« Dans un marché très compétitif, c’est grâce à l’innovation que nous nous démarquons, souligne M. Garneau. C’est une stratégie essentielle pour la croissance des ventes. Et c’est ce qui explique que le design industriel ne soit pas vu chez nous comme une dépense, mais comme un investissement. »

—  Sylvain Garneau — 
Président et chef de la direction, Groupe Lacasse

 
 
 

À toutes les étapes

Comme chez Soucy Track, la clé du succès a été l’implication des designers industriels dans toutes les étapes du PDP. « Nous avons un processus rigoureux de développement de produits qui comprend plusieurs phases. Au terme de chacune d’elles, il y a une validation des utilisateurs potentiels dont les designers industriels sont partie prenante », expliquent MM. Garneau et Aubry. Les designers « participent dès le départ avec le service de marketing à la conception du plan de recherche pour la création de la nouvelle gamme, à l’établissement de la stratégie, à la définition des besoins des usagers, à l’élaboration de la liste des avantages pour nos vendeurs, etc. On aime qu’ils aient des interactions avec les différents services, notamment celui des ventes », poursuit Dominic Aubry.

 
 
 

« Nous avons un processus rigoureux de développement de produits qui comprend plusieurs phases. Au terme de chacune d’elles, il y a une validation des utilisateurs potentiels dont les designers industriels sont partie prenante »

—  Sylvain Garneau et Dominic et Aubry — 
Respectivement président et chef de la direction, et chef de produit, mobilier de mélamine, Groupe Lacasse

 
 
 

Car les designers apportent au produit plus que son look. « L’esthétique, ce n’est que la pointe de l’iceberg, selon Dominic Aubry. Ils travaillent sur l’ergonomie, la perception, l’assemblage, la qualité, la compétitivité des prix, ils trouvent des solutions écologiques viables, etc. » Une seule contrainte : « Il faut que l’innovation soit applicable, sinon elle n’a pas de valeur », rappelle Dominic Aubry.

Pétris de cette prémisse, les designers industriels entretiennent de bonnes relations avec les autres services, qui sont habitués à travailler en équipes multidisciplinaires comme le veut « notre culture d’entreprise », affirme M. Aubry.

 

*Note : Grand Prix du design 2012, Innovation Award d'argent de IIDEX/NeoCon Canada 2012, prix platine Adex Award 2012, prix d'excellence SIDIM 2013, où elle a aussi été désignée coup de coeur du Quartier des affaires.

 

Publié le 21 octobre 2014

 
Vincent Cloutier